Doujinshi

Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous allons parler des Doujinshi (ou dōjinshi). J’imagine que beaucoup d’entre vous savent déjà ce que c’est mais pour ceux qui ne savent pas nous allons découvrir ce que c’est et surtout l’ampleur que les doujinshi ont au Japon !

 

 

Doujin d’Harry Potter

 

 

Tout d’abord commençons par un peu d’étymologie, dōjinshi  est la réunion de deux mots. dōjin signifiant « cercle » et de shi, contraction de zasshi, signifiant « magazine ».

Mais pourquoi cercle ? Dans l’univers des doujinshi, un cercle est une association de personnes qui partagent les mêmes intérêts et les mêmes gouts. Différents auteurs, écrivains et artistes vont donc se réunir en cercle et publier leurs créations avec le nom du cercle plutôt qu’en tant qu’individu.

 

C’est un peu comme une maison d’édition mais en miniature, ou comme une association fanzine de chez nous.

Les doujinshi sont donc souvent des travaux d’amateurs et de fans qui s’auto-produisent. Bien qu’on y retrouve essentiellement des mangas ou des nouvelles, le monde des  dōjinshi comprend aussi de la musique, des jeux vidéo et même parfois des courts métrages et animations.

Grâce à eux, les personnages et univers les plus connus (et aussi les moins connus) s’enrichissent d’histoires alternatives, de nouveaux protagonistes, de nouveaux lieux. Certaines séries bien que terminées continue de vivre au travers des travaux fournis par leurs fans.

 

 

 

 

Même si ils sont produits par des amateurs qui n’ont pas le statut  de « pro » beaucoup de ces œuvres sont d’une excellente qualité. Que ce soit dans le dessin ou dans le scénario.

D’ailleurs, un bon nombre de mangakas connus on fait leurs débuts comme membre d’un cercle de doujinshi.  Dans cette liste on retrouvera entre autre les 4 femmes qui forment CLAMP, l’auteur de Love Hina, Ken Akamatsu, celui d’Excel Saga, Kōshi Rikudō  et bien d’autre…

Je voudrais aussi dissiper un peu la légende urbaine qui dit que les doujinshi sont surtout composés de yaoi, de yuri et autre relations à caractère adulte. Ce n’est pas vrai ! Il y en a d’accord, mais pas autant qu’on peut le croire. A vrai dire cet aspect-là du doujinshi ne représente même pas la moitié de tout ce qu’on peut y trouver.

 

 

Yamcha !

 

Bon, mais quelle différence entre le japon et le reste du monde ? Et bien pour moi il s’agit surtout de la tolérance des gros éditeurs envers ces créations qui utilisent des personnages sous copyright.

Que ce soit en France, aux US ou un peu partout ailleurs, dès qu’une personne ose se servir d’un univers ou de personnages existant ; il se fait rappeler à l’ordre voir même poursuivre judiciairement. Il ne faut même pas songer à la vente car sinon cela deviens catastrophique !

Les éditeurs japonais comprennent, tolèrent voir même encouragent le travail et la dévotion des fans allant jusqu’à autoriser la vente des doujinshi dans des commerces. Certaines boutiques se sont d’ailleurs spécialisées dans la distribution de doujinshi !

Bien sûr, il ne faut pas que cela prenne trop d’ampleur et le nombre de tirages d’un même fan manga est limité mais cela reste un énorme pas en avant et montre une compréhension supérieure des éditeurs japonais sur les autres.

 

 

ce magasin vend des doujinshi

 

 

Et c’est bien présenté !

 

De mon point de vue c’est ce qui fait que la qualité de ces créations atteint un si haut niveau, les fan n’ont plus peur de créer et peuvent même en tirer quelque chose ; ils peuvent donc mettre toute leurs passions et compétences sans craindre de se faire taper dessus.

Cet engouement n’a fait qu’augmenter allant jusqu’à la création de salons et autres manifestations dédiées aux cercles et à leurs créations.

 

 

ze logo

 

La plus importante d’entre elle est le Comiket (Comic Market ndt : Marché aux comics). Se déroulant 2 fois par an, une fois en été et une fois en hiver. Ce salon a débuté en 1975 et sa première édition n’a attiré qu’environs 700 spectateurs. 37 ans plus tard ce marché aux comics réuni un minimum de 500 000 visiteurs par an !

Il est exclusivement dédié aux auteurs et cercles auto-publiés ! Bien sûr maintenant que le phénomène a pris de l’ampleur on y retrouve des stands pro et de grands distributeurs mais cela reste majoritairement un rassemblement de créatifs amateurs. Je trouve cela tout simplement magnifique !

 

 

c’est…euh..grand ?

 

Une vidéos assez longuette mais qui résume assez bien ce qu’on va pouvoir y trouver (désolé c’est en anglais):

 

En conclusion, je trouve que l’ouverture d’esprit du Japon sur les créations amateurs, et même si elles reprennent personnages et univers connus, est exemplaire. Il n’y a qu’à regarder la qualité des œuvres produites pour s’en rendre compte. L’énergie et la passion des fans s’en trouvent encouragée mais aussi récompensée, contrairement à d’autres pays où l’on cherche à restreindre et écraser cette même énergie.

Bref, nous avons encore beaucoup à apprendre et je pense que c’est un exemple que nous devrions suivre. Vive le Japon !

Bonne journée à tous =D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Heads up! You are attempting to upload an invalid image. If saved, this image will not display with your comment.