Venez découvrir Toulouse Manga !

Bonjour à tous =)

Aujourd’hui nous allons parler de Toulouse Manga ! Vous qui avez toujours rêvé d’apprendre à dessiner et à scénariser un manga, vous allez être servis ! Venez donc découvrir cette école pas comme les autres avec en prime une interview de sa fondatrice dynamique : Claire Pélier.

 

 

Vers le site de TOulouse manga

 

C’est un fait, il n’y a pas beaucoup de moyens d’apprendre le manga en France. Il y a pas mal d’écoles de dessin, mais savoir bien dessiner n’est que la première étape d’un long processus. De plus, le style manga a ses particularités au niveau graphique qu’on ne peut pas apprendre actuellement en France.

Enfin, plus maintenant ! Car grâce à l’initiative de Claire, c’est maintenant possible. Cette jeune professeure d’art plastique a compris les désirs du public et a décidé de partager sa passion et ses compétences avec vous.

 

Nous aimons tous les mangas car ils nous racontent des histoires extraordinaires, nous font rencontrer des personnages attachants et par-delà tout ça, nous apprennent des choses sur la vie et sur nous-même.

 

Nous sommes aussi des créatifs passionnés qui voulons raconter nos propres histoires et faire partager nos mondes et nos sentiments avec la planète entière ! Nous avons tous au fond de nous le désir de créer et de raconter mais beaucoup ne savent pas par où commencer et ont besoin d’apprendre avec un sensei les secrets des mangakas.

 

Mes amis, réjouissez-vous ! Le sensei est arrivé !

 

 

Mais qui est-elle ? Claire Pélier est avant tout une femme de 28 ans. Après avoir obtenus un bac +4 en arts plastiques et métiers de l’enseignement elle commence sa carrière dans l’éducation nationale en tant que professeure d’art plastique. Elle décide ensuite d’écouter son cœur et le public et de devenir Illustratrice et professeure indépendante pour pouvoir vous transmettre sa passion de l’art, du dessin et bien sûr, du manga !

Car l’origine de la création de Toulouse Manga vient avant tout de la volonté de ceux qui veulent apprendre à en faire ! Miss Pélier a compris la passion qui nous anime et a décidé de nous aider à réaliser nos rêves !

Encore de nos jours le manga n’est pas toujours pris aux sérieux, on le compare souvent à la bande dessiné « classique » européenne, enfin, Franco-Belge pour être précis. Il n’en est rien ! Le manga est un art à part entière qui demande beaucoup de connaissances et qui possède ses propres particularités.

Ce sont ces particularités que vous allez apprendre au sein de Toulouse Manga. Vous allez apprendre à styliser vos personnages et décors, à développer une structure narrative particulière, à vous servir du cadrage et de la mise en scène pour exprimer les sentiments de vos personnages ou décrire une action et aussi à construire vos histoires.

Voici une liste plus exhaustive et plus technique de ce que vous allez pouvoir apprendre lors de vos cours manga :

• Volumes, lignes, proportions, anatomie et autres bases de dessin
• Les différents genres de mangas et leurs codes.
• Le character design
• La perspective et les raccourcis
• Les décors et les paysages
• La composition
• L’encrage
• Les trames
• Les effets
• Les bulles et les cases
• La construction d’un scénario
• Le story-board et la narration

ça donne envie hein ?

 

Faisons maintenant un point sur les différents types d’apprentissage que vous offre Toulouse Manga. Car, en effet, il y a à votre disposition plusieurs formules différentes !

[box type= »download » style= »rounded » icon= »none »]

Tout d’abord vous avez les cours hebdomadaires :

Se déroulant de mi-septembre à fin juin, en dehors des périodes de vacances scolaires, dans les locaux de l’école d’Ikebana, Ayame, à Toulouse.
Deux fois par semaine pendant deux heures vous aurez l’occasion de développer votre passion sous l’œil bienveillant du sensei. Soit 62 heures d’enseignement et d’entrainement réparties en 31 semaines.

Il est d’ailleurs possible de s’inscrire tout au long de l’année !
Vous pouvez profiter aussi de cours d’essai gratuits le 16, 18, 19 et 20 septembre 2012 !

Pour plus de renseignements je vous redirige vers la page adéquate : Par ici

[/box]

[box type= »download » style= »rounded » icon= »none »]Ensuite vous pouvez aussi demander des cours particuliers ou à domicile.

Chose relativement peu courante, le sensei se déplace chez vous ou alors vous pouvez vous rendre à l’atelier pour des cours particuliers et bien sûr personnalisés.
Fait pour ceux qui se trouve trop loin de l’atelier, qui ont envie d’approfondir leurs connaissances ou qui veulent le sensei rien que pour eux :p

Pour plus de renseignement c’est par là : Clic Clic

[/box]

[box type= »download » style= »rounded » icon= »none »]Et enfin pour ceux qui se trouve vraiment très loin, voir dans un autre pays vous avez la possibilité d’avoir des cours par internet et en direct !

Un concept qu’on ne voit pas souvent en France, des cours en lignes sont proposé par Toulouse Manga. Il vous faudra bien sûr un minimum de matériel tel que des écouteurs, un micro, un scanner ou appareil photo numérique, le logiciel (gratuit) Skype et bien sûr une connexion internet (mais vous ne seriez pas là sinon hahaha).

Pour de plus ample renseignements je vous redirige vers cette page ci : Re Clic clic

[/box]

Par Sensei!

 

Je ne sais pas pour vous mais moi cela me fait plaisir de voir qu’on peut enfin apprendre le manga en France. Il y a trop peu de structures professionnelles qui le permettent et je salue cette initiative de tout mon cœur ! Le manga français mérite de se faire connaitre et mérite qu’on lui donne un coup de pouce !

Et enfin le moment tant attendu, l’interview avec la fondatrice de Toulouse Manga, Claire Pélier !

Je la remercie encore une fois d’avoir accepté de répondre à mes questions, c’est super sympa de ta part Claire ! Et cela va permettre à tout le monde d’en savoir plus sur son sensei.

[box type= »download » style= »rounded » icon= »none »]

Paper : Commençons donc !

Claire : Avec plaisir ! ;)

Paper : Tu es forte d’un diplôme en art plastique et d’une expérience dans l’enseignement mais qu’est-ce qui t’a poussé à suivre une vocation artistique ? Et surtout, vu que la vie de dessinateur est pleine de péripéties, qu’est-ce qui t’a fait tenir le coup dans cette dure réalité ?

Claire : Ce qui m’a poussé ? Hum… sans doute ma mère, qui a eu l’excellente idée de me refiler des feutres et des crayons de couleurs dès mon plus jeune âge pour m’occuper. Résultat, je griffonnais partout : sur mon carnet de santé, sur le bureau du médecin (sur le bois de son bureau hein, pas sur la feuille posées à mon intention sur le dit bureau, sinon c’était pas drôle ! ), sur les menu du restaurant japonais que mes parents tenaient à l’époque (très beau mes gribouillages à côté des kanjis calligraphiés réalisé par notre maitre sushi…). Bref, on m’a mis dans le bain très tôt. Mais si je dessine depuis longtemps, l’envie d’en faire mes études et mon métier ne m’est venue qu’avec la naissance de mon projet de manga, il y a environ neuf ans. Ce qui m’a laissé le temps de diversifier les parcours universitaires avant d’arriver en Arts Plastiques !^^
Et je me suis accrochée dans ce métier parce que je l’aime, tout comme j’aime enseigner, et que ma foi, je préfère me lever le matin en sachant que je vais faire ce que j’aime, même si c’est difficile, que choisir la facilité et de m’ennuyer ! ;)

Paper : Héhé, mon médecin se souvient de moi aussi… Qu’est-ce qui te fait adhérer au style manga ? As-tu toujours dessiné dans ce style là ou avais-tu un autre style pendant tes études ? D’ailleurs, peut être continues-tu à progresser dans un autre style à côté ? (comme la couverture faite pour Etherval par exemple).

Claire : A la base, je suis issue de la culture BD franco-belge. J’ai grandi avec Hergé, Uderzo et Goscinny, Henki Bilal, Hugo Pratt, Loisel… Même si j’étais accrochée à ma télé dès que des mangas y passaient, je n’ai découvert les mangas papier que beaucoup plus tard, alors que j’avais déjà suffisamment de maturité pour analyser ce style graphique percutant, ces schémas narratif et en tomber totalement amoureuse. Si le style manga est mon préféré et celui avec lequel je m’amuse le plus, ma formation de plasticienne me rend également capable de travailler d’autre styles, comme le réalisme ou le pictural par exemple et j’aime les retrouver de temps au temps, au fil des commandes que l’on me passe. Pour ce qui est de me faire adhérer au style, c’est surtout le mode narratif qui m’a séduit, à cheval entre la BD franco-belge et le cinéma, ainsi que les codes graphiques et les effets visuels.

Paper : Club Dorothéééééééééé ! Hum hum pardon… En parlant de manga, tu dis avoir ton propre projet sur le feu, peux-tu nous en dire plus sur ce sujet ou est-ce top secret ?

Claire : Hi ! Hi ! Vous en parlez… le problème principal pour moi quand il s’agit d’en parler c’est qu’après cinq ans de travail sur le scénario, le projet est très conséquent et quand je le résume, j’ai toujours l’impression d’en dire trop ou pas assez… Disons que c’est l’histoire d’un monde en train de sombrer car son équilibre part en lambeaux. C’est l’histoire d’un échec immense, celui de Djegann, gardien du feu, qui devait protéger sa Dyoïssa (Déesse humaine abritant l’esprit de cet élément) au péril de sa propre vie et qui n’a pas réussi. La perte de la Dyoïssa entraine une baisse progressive de l’intensité du soleil de ce monde, plongeant les royaumes de Loon dans un hiver sans fin. Le but de notre héros (d’ailleurs plutôt un anti héro vue son caractère détestable) est de rétablir l’équilibre de son monde, en trouvant une personne capable d’abriter à son tour l’esprit du feu. Sauf que la demoiselle qu’il vient chercher chez nous pour assumer cette charge, vivait très bien sa vie de lycéenne ordinaire, et n’a pas la moindre envie de se retrouver avec la charge d’un univers entier sur les bras.
Le genre se situe plutôt du côté du seinen au vue de la noirceur de certains aspects de l’histoire.
Si ça vous intéresse et que vous voulez découvrir le prologue avant que le manga ne sorte (un jour !^^), vous pourrez le lire en version romancé dans la revue N°2 d’Etherval, une revue associative qui publie des nouvelles dans les genres fantasy, fantastique et science-fiction.

Paper : Intéressant ! D’ailleurs as-tu déjà penser à devenir auteure de manga et à te faire éditer ? Peut-être est-ce prévu ?^

Claire : Oui, c’est effectivement prévu ! ;)

Paper : Toujours dans les projets, il semble que tu comptes faire des expositions ainsi qu’éditer un recueil des travaux de tes élèves en fin d’année. Cela me semble être une excellente idée ! Pourrais-tu nous en dire plus à ce sujet aussi ?

Claire : Bien sûr ! En fait il y a plusieurs objectifs à travers ces deux projets. Le recueil de travaux d’élèves vise non seulement à ce qu’ils puissent garder une trace de leurs productions, une belle trace, mais aussi à ce qu’ils se confrontent à l’édition. C’est-à-dire aux règles qu’elle impose, tant par la mise en page, que par les délais à respecter, les concessions à faire etc. Je pense également que l’on travaille mieux avec un objectif en vue, ce projet de recueil en est donc un pour motiver mes élèves à donner le meilleur d’eux même. Tout comme l’exposition.
Je suis convaincue qu’il est important de confronter son travail au regard du public, et que c’est également un sacré moteur de savoir que ce que l’on produit sera vue, et non pas destiné à rester dans un carton à dessin.

Paper : Je trouve aussi qu’il est important de confronter ses œuvres au regard du public, sans parler de la motivation que cela engendre ! En parlant de dessin, quel sont tes outils préférés pour dessiner ? Tu es plus digital ou traditionnel ?

Claire : Hum… choix cornélien… Je dirai que depuis que j’ai adopté une charmante wacom cintiq 21, j’adore le digital ! :D Mais je ne boude pas le plaisir de reprendre mes pinceaux de temps en temps !^^
En numérique, j’adore paint tool sai que je trouve extrêmement bien pensé et réactif comme logiciel, et je le complète souvent avec d’autres logiciels comme manga studio etc…
En traditionnel, je suis tombée amoureuse de la peinture acrylique lors de mes études !^^

Paper : Baaaaah Cintiiiiiiiiq *bave* hum… Bref, quels dessinateurs t’influencent le plus dans ton travail ?

Claire : C’est la série des choix cornéliens c’est ça ? :D
Hum… j’adore Tite Kudo (l’auteur de Bleach) pour ses visages expressifs, sa manière de synthétiser le corps humain, et son trait parfois appuyé. J’aime aussi beaucoup Inio Asano (Bonne Nuit Punpun), Toshiaki Iwashiro (Psyren), Izumi Tsubaki (Fight Girl), Atsuko Nakajima (character designer) et Urasawa évidemment ! Je suis également une grande amoureuse, de Loisel, Hugo Pratt, Enki Bilal et Benjamin.

Paper : Peux-tu nous en dire plus sur ta mascotte ? Elle est mignonne et très inspirée de la culture japonaise, mais a-t-elle une histoire ou une signification particulière ?

Claire : Kyou ? Oui, il a son histoire !^^
A la base déjà, je voulais une mascotte kawaii (mignonne) et sympa pour représenter l’école, qui est pour l’instant une école de loisirs.
D’office, j’ai opté pour un animal entre le loup et le renard car j’adore ces deux canidés. Et puis un loup, il y en a déjà un dans mon histoire, un énorme loup blanc aux yeux cerclés de noir : Eklonn, qui est en fait la moitié de l’esprit, de la vie et du pouvoir de Djegann mon héros, alors je me suis dit que j’allais faire une sorte de petit frère à Eklonn comme mascotte, avec une bouille plus amusante et espiègle que la sienne. Kyou est très jeune, tout comme Toulouse Manga, et il sera amené à grandir avec l’école, au fur et à mesure de son développement !^^

Paper : Excellente idée ! D’ailleurs Toulouse Manga doit te demander pas mal d’efforts dans la vie de tous les jours, est-ce que tu travailles seule ou as-tu des assistants ninjas cachés que personne ne voit ?

Claire : Des efforts… pas vraiment ! :D
Un travail acharné oui, mais comme je le fais volontiers et que je me donne les moyens d’aller là où est mon objectif, je n’appellerais pas ça des efforts. Même si je n’ai pas de temps pour moi depuis que la structure a vu le jour, je prends beaucoup de plaisir à la voir grandir, et les retours enthousiastes de mes élèves sont de vrais cadeaux qui me regonflent à bloc très régulièrement !^^
Mais, si je suis seule à la tête de l’entreprise et que j’abats la grande majorité du travail, heureusement, j’ai mes ninjas de l’ombre qui sont là pour m’épauler ! ;)
Je ne me suis pas lancé dans ce projet à la légère, je l’ai fait parce que je savais que j’avais les appuis nécessaires. J’ai la chance d’avoir de nombreux amis, exerçants dans tout un tas de domaines d’activités fort utile quand on se lance dans ce genre d’aventure, et qui ont la bienveillance de me filer un coup de main régulièrement. Que ce soit pour gérer des questions juridiques, me conseiller judicieusement, supprimer les coquilles de mes textes ou venir à ma rescousse quand internet décide soudainement de faire des sienne avec le site ! Et je crois que je ne suis pas prête d’avoir fini de les remercier pour leur aide tant leurs interventions me sont précieuses ! ^^

Paper : Nous avons tous besoin de ninjas héhéhé. Comment vois-tu l’évolution de Toulouse Manga dans le futur ? Aurais-tu déjà quelques idées de ce que tu aimerais faire ?

Claire : Oui ! Je sais précisément où je veux aller! ^^
J’aimerai en faire une véritable école supérieure, proposant des formations diplômantes. Mais en attendant d’en être là (une école supérieure, c’est loin de se monter du jour au lendemain !), j’ai déjà quelques projets sous le coude pour la version actuelle de Toulouse Manga : centrée sur l’enseignement du manga comme loisir, mais là, je ne dis rien, comme ça vous aurez des surprises !^^

Paper : J’ai hâte de voir ça en tout cas ! L’inévitable question ! Quels sont tes mangas favoris ? (Anime comme livres) Plutôt nouvelle ou ancienne vague ?

Claire : Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! La question inévitable et terrible ! Bon, heureusement, tu parles de mangas au pluriel, j’ai donc le droit d’en citer plusieurs, même si je vais éviter de te sortir toute ma bibliothèque !^^
Alors déjà, je dirai nouvelle vague. Je suis jeune (si ! si ! on ne rigole pas !) et j’ai surtout grandie entourée de bandes dessinées, j’ai donc découvert le manga (papier) avec la nouvelle vague.
Bon, une liste donc…. Arf, en plus ça change régulièrement en fonction des mangas que je découvre… Alors, je citerai Death note et Code Geass (l’anime) pour leurs intrigues bien ficelées, Naruto, notamment parce qu’il a été un des premiers qui m’ait ramené au manga et que j’ai une affection toute particulière pour ce héro que je suis depuis de nombreuses années maintenant (c’est comme les enfants qu’on voit grandir et évoluer !^^), dans les shonen, j’aime aussi beaucoup Blue Exorcsit, Full Metal Alchemist et Psyren, pour les shôjo, Dengeki Daisy et Fight Girl qui me font hurler de rire, et pour les seinen, The Arms Peddler, Monster et Quartier Lointain. Parmi les auteurs français, je suis vraiment impressionnée par la qualité de City Hall et j’aime beaucoup l’univers original de Dream Land.

Paper : On touche à la fin de cet interview, pourrais-tu nous parler un peu plus de toi ? Quel sont tes hobbies ? Tes musiques préférées ? Thé, café ou chocolat (ou les trois) ? Sucré ou salé ? Ta couleur fétiche peut-être ? Parles-tu le Japonais ? Bref, qu’est-ce qui te fait vibrer en tant qu’être humain ?

Claire : Alors… j’ai droit à combien de pages ? :D
En première place de la liste de mes hobbies, je placerai la lecture. Ma pièce préférée de la maison est notre bibliothèque, j’y ai d’ailleurs installé mon bureau et je suis ravie de trôner au milieu de nos 1800 bouquins. J’aime les livres, dans presque tous les genres, et en plus des mangas et des BD, je lisais jusque-là (jusqu’à ce que je monte Toulouse Manga) une petite trentaine de romans par an, principalement de la fantasy même si je vais aussi flâner du côté d’autres styles.
Beaucoup de choses se bousculent la deuxième place… je pratiquais le tir à l’arc et l’escrime japonaise, j’adore fabriquer plein de choses avec tout ce qui me passe sous la main (dans un sens artistique j’entends, les grands inventions ce n’est pas pour moi ! ;) ). J’ai fait du théâtre pendant longtemps et J’ADORE voyager ! Tout comme j’adore la mer et la navigation à voile ! A oui, et puis j’adore apprendre de nouvelle choses aussi, ce qui fait que comme mon emplois du temps n’est pas encore totalement surchargé (si ! si ! il restait une peu de place en haut à gauche !) j’ai décidé d’étudier le japonais. Comme vous pouvez le voir, je n’aime donc pas m’ennuyer et je ne m’en laisse pas le temps.
Thé avec plaisir, surtout si c’est du matcha ou du genmaicha, mais le café, il n’y a que ça de vrai le matin… et le soir aussi parfois en fonction du planning ! Chocolat… noir alors, ou à la menthe, et en tablette !
Sucré ? Salé ? Japonais ! J’ai vécu mes premières années dans les cuisines du premier restaurant japonais qui ait ouvert ses portes à Toulouse et il m’en ait resté un goût prononcé, non seulement pour la culture nippone, mais aussi pour leur gastronomie ! ;)
Couleur fétiche : le rouge, de préférence sombre et velouté, entre le rouge sang et le lie de vin. Je trouve que le rouge est la couleur de la vie !^^
Je ne parle pas encore le japonais… enfin, je dirai plutôt que je le baragouine vaguement et que ce n’est pas rendre hommage à cette superbe langue, mais comme je le disais, ça ne saurait tarder ! ;)

Paper : Oh ! Avant de partir, aurait-tu des conseils à donner à ceux qui veulent se lancer dans le manga et dans le dessin en général mais qui ne savent pas trop par où commencer ?

Claire : Je leur dirai d’observer et de dessiner tout ce qui leur passe sous la main ! Un bon dessinateur est avant tout un bon observateur, alors si vous voulez apprendre à dessiner, commencez par regarder le monde qui vous entoure, par vous y intéresser, par en remarquer les détails et les subtilités avant d’essayer de les retranscrire sur le papier !^^

Paper : L’observation est très importante j’en conviens volontiers. Et pour terminer, le mot de la fin ! Je te laisse d’exprimer librement sur n’impooooorte quel sujet =)

Claire : Heu… pardon d’avoir été si longue, ça marche ? :D
Et bien, je dirai que si tes lecteurs veulent en apprendre davantage, ils sont les bienvenus sur le site internet de Toulouse Manga, et que je suis à leur disposition pour toute information complémentaire (je ne mord que les soirs de pleine lune, vers 23h62 et que si on m’a nourri un 30 février !;) ). Et que bien évidemment, c’est toujours un plaisir d’accueillir de nouveaux élèves chez Toulouse Manga, que ce soit pour les cours hebdomadaires, les stages ou les cours en ligne ! ;)

Paper : Pas de soucis sur la longueur, ce fut un véritable plaisir, encore merci !

[/box]

Vous pouvez bien sûr suivre les aventures de Toulouse Manga sur son site officiel ici : Toulouse Manga   ou encore sur Facebook : Par là

Et voilà pour aujourd’hui ! Avant de partir je vais vous laisser avec une traditionnelle sélection d’images tirées tout droit de la galerie de Toulouse Manga !

A bientôt et quoiqu’il arrive, continuez de dessiner !

 

travail d’un élève

 

 

Travail d’un élève

 

 

travail d’un élève

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *